Comment débuter un potager urbain sans expérience en jardinage?

“Pas besoin de jardin pour cultiver un petit potager. Un simple balcon ou fenêtre suffit pour faire pousser et ramasser ses légumes. Un master en jardinage n’est également pas utile, seule l’envie est nécessaire”

A 29 ans Fahima, parisienne, infirmière de profession sans connaissance en jardinage a crée un potager sur son balcon depuis 2 ans. Elle y cultive entre autres herbes aromatiques, pois, fraises et tomates. Je vous emmène à sa rencontre ou elle partage ses astuces et conseils pour débuter un potager sur son balcon. Pour Fahima, cultiver son potager va bien au delà de la récolte de légumes, c’est une réelle reconnexion à la nature !

Le déclic – Comment tout a commencé ?

Fahima a grandit en appartement. Bien qu’elle s’intéresse à l’écologie, la nature et aux médecines naturelles, le jardinage l’intéresse peu. Par le fruit du hasard, elle reçoit une commande de produits de beauté dans laquelle un cadeau est offert – des graines de basilic. Ce n’est pas le déclic immédiat mais intriguée par ces graines elle se décide à faire quelques recherches et finit par les planter sur son balcon. Un potager sur son balcon est né!

Comment se lancer ?  Les 10 conseils de Fahima avant de débuter un potager sur son balcon

Se lancer dans un projet de potager sur son balcon ne demande pas de connaissances particulières, Fahima nous livre ici ses conseils et astuces afin de maximiser vos chances de voir vos légumes finir dans vos assiettes :

  1. L’ exposition de votre balcon. Ceci est la première chose que vous devrez considérer car même s’il est possible de faire pousser certains fruits et légumes au Nord, ce n’est pas le cas pour tous alors vérifier bien l’ exposition conseillée.
  2. Quels types de légumes souhaitez-vous planter ? – Certains fruits et légumes comme le melon ou les aubergines sont plus délicats et demande un peu d’expérience pour les faire pousser. Les herbes aromatiques, les fraises, les tomates etc. sont quant à elles plus facile à planter. Commencez par quelque chose de simple pour ne pas être vite découragé.
  3. Les types de pots que vous utiliserez. J’utilise des jardinières en plastique recyclé ainsi que le géotextile qui lui permet d’éviter les mauvaises herbes mais également de laisser respirer les racines. Les pots en terre cuite ne sont pas recommandés; ils sont lourds et se cassent facilement notamment lors des gelées.
  4. La terre – Avoir une terre de qualité est essentiel si vous voulez faire pousser de beaux légumes, investir dans un terreau sera important. Par la suite vous pourrez utiliser les matières organiques de chez vous afin de continuer à fertiliser la terre. Le café, les pots de bananes, les coquilles d’œufs sont très bien pour cela ou un compost si vous en avez un.
  5. Le coût financier de ces investissements – Pensez à établir un budget avant de vous lancer. Même s’il est évident que le coût d’investissement sur les pots et la terre ne se fera qu’une fois, vous devez penser au coût des plants ou des graines que vous souhaitez semer. Pour les petits budgets il est possible de faire pas mal de recup par exemple pour le paillage en récupérant de la paille, de la tonte, des noyaux des fruits à coques. Pour les pots il est également possible d’aller chez Emmaüs ou sur le bon coin afin de dénicher de bonnes affaires. Plus de conseils ici
  6. L’arrosage pendant votre absence – Plusieurs méthodes s’offrent à vous ici:
    La première étape visera à bien arroser avant votre départ et pailler – ceci consiste à couvrir le sol, autour des végétaux cultivés, avec du paillis (qui peut être de la paille ou quantité d’autres matériaux). Cela permet d’éviter l’évaporation de l’eau mais également les mauvaises herbes.

    Vous pourrez ensuite choisir la méthode d’arrosage qui vous convient le mieux :
    L’utilisation de pot en Oya – Les Oyas sont des pots en céramique microporeuse que l’on enterre près des plantes et que l’on remplit d’eau. Elles laissent échapper progressivement l’humidité nécessaire.
    L’arrosage goutte à goutte avec une bouteille en plastique – vous pouvez vous procurez des pics d’arrosage que vous viserez sur une bouteille en plastique et que vous planterez dans votre jardinière.
    Des méthodes plus sophistiquées comme les tuyaux micro poreux ou les arrosoirs automatique à raccorder à une réserve d’eau sont également disponible mais demande un plus grand investissement en terme d’installation.

  7. Le temps passé – Faire les semis sera ce qui vous demandera le plus de temps. Durant cette période vous devrez être régulier et assidu dans vos arrosages. Par la suite, l’ entretien de votre potager représentera environ une heure par semaine.
  8. Nos amis les insectes envahisseurs – La première chose à savoir ici est que tous les insectes ne sont pas mauvais pour votre jardin. De très nombreux insectes sont des auxiliaires utiles dans nos jardins même si on les remarque à peine, parfois. Ils vont éviter le développement d’autres insectes ravageurs dont ils sont les prédateurs, en les chassant et en les dévorant : ce sont les coccinelles qui s’attaquent aux pucerons par exemple. Donc pas de panique si vous voyez des insectes, identifiez les et renseignez vous avant de vous en débarrasser.
  9. Renseignez-vous sur la charge que peut supporter votre balcon – Si vous souhaitez utiliser des bacs en bois pour faire pousser vos légumes par exemple renseignez vous auprès de votre syndic sur la charge qui peut être supportée par votre balcon afin d’éviter les accidents.
  10. Ayez envie tout simplement – Il n’y a pas besoin de connaissances spécifiques pour se lancer, simplement une envie de cultiver la terre.

Pourquoi se lancer ?

« Avoir un potager sur son balcon va bien au delà de la récolte des légumes même si je ressens de la fierté et de la satisfaction personnelle lorsque je mange mes propres fruits et légumes »

J’ai débuté ce projet afin d’augmenter ma consommation locale, favoriser les circuits courts, et consommer davantage de légumes bio.

« Avec le temps, ce potager est pour moi plus qu’un simple bout de terre où je plante mes légumes. C’est un espace où la nature reprend le dessus, et une reconnexion s’installe »

Un livre qui t’a inspirée

Mon balcon en permaculture – Herve Chabert nous fait profiter de son expérience unique et nous apprend dans cet ouvrage à transformer un milieu a priori hostile aux cultures (absence de sol, présence du vent…) en s’inspirant de la nature pour le rendre productif et plein de vie.

Qu’est ce qu’un monde meilleur pour toi?

Mon blog s’appelle voyage vers un monde meilleur, j’aime ainsi terminer mes discussions avec mes interlocuteurs en leur demandant ce qu’est un monde meilleur pour eux.

« Un monde meilleur c’est un monde avec plus de verdure et beaucoup plus de respect pour le vivant et pour la nature »

Fahima

J’espère que vous avez trouvé ce blog inspirant et qu’il vous donnera envie d’amener un coin de nature dans votre espace urbain. Tout est envisageable. L’imagination est plus importante que la connaissance (Albert Einstein) alors lancez-vous !

Vous pouvez retrouver Fahima sur son compte instagram @potagerbalcon et sur son blog où elle partage ses plantations et conseils afin de donner toutes les chances à votre potager.

Bon jardinage à vous

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :